Annie Ernaux signe “un livre sublime” qui conquiert Le Masque

Evoquant une relation avec un homme d’au moins 30 ans, dans un texte très bref, l’écrivain formule une magnifique réflexion sur l’écriture, tout en repensant son existence pour accélérer sa compréhension du personnage initial de la littérature. L’auteur a soumis les critiques.

Écrit par Annie Ernaux, septembre 2019
L’écrivaine Annie Ernaux, septembre 2019 © Maxppp / CATI CLADERA / EPA / Newscom

Le livre est résumé par Jérôme Garcin

Triple nouvelle pour Annie Ernaux qui publie une très courte lettre de 40 pages (“Le jeune homme” chez Gallimard), alors qu’un gros volume des Cahiers de L’herne lu est consacré à des extraits de son Journal intime, lettres adressées par Simone de Beauvoir , Benoîte Groult, Pierre Desproges (admiration pour Annie Ernaux), mais aussi plein de textes (Dominique Blanc, Nicolas Mathieu, Jeanne Cherhal, Delphine de Vigan…), photos, après la réédition de ” L’Atelier noir ” (chez Gallimard) .

Un petit trésor

Dans “Le jeune homme” écrit à la fin des années 1990, Annie Ernaux raconte une relation qu’elle a eue avec un garçon de 30 ans dans sa cadette. Elle avait eu 54 ans. Il était étudiant à Rouen et il voulait une ferveur dont, dit-elle, elle “n’avait jamais été l’objet d’un amant”. “Avec mon autre mère, écrit-elle, j’ai envoyé une fille au peuple, avec lui, cette fois j’étais une bourgeoise”.

Annie Ernaux se décline cette fois sur tous les modes, et toujours avec la même intégrité. Il y a aussi un film “Les Super 8 ans” qui sera présenté aux quintessentiels des cinéastes, et ils en écriront le texte.

Olivia de Lamberterie : “un livre sublime”

La rédactrice en chef du magazine Elle a été particulièrement touchée par ce roman – puisqu’il repose sur les fondements mêmes de son caractère littéraire et atypique. Par ailleurs, elle estime que “ce n’est certainement pas pour les personnes qui ne sont jamais allées chez Annie Ernaux car c’est comme une perle précieuse que l’on trouve et qu’on espère ajouter à notre chagrin. C’est qui Annie Ernaux.

On peut résumer à l’aide d’une très belle phrase qu’elle a rencontrée au début du livre : “. C’est une phrase qui trouve un écho dans de nombreuses matinées du journal dans “Les Cahiers de l’Herne” où elle explique la réalité de l’existence est beaucoup plus dense lorsqu’elle est écrite que lorsqu’elle est vivante.

Encore une fois sa démarche est incroyable ici, qu’il exprime chez ce jeune homme, comme il écrit sur la viole, sur l’avortement, sur les règles, sur l’origine sociale, qui reste comme tabou pour l’époque… Là, elle vit cet amour tél un défi vis-à-vis de l’entreprise. Une sensation qu’elle était déjà en sécurité avec son mari, mais en sens inverse cette fois, puisque son mari était d’origine bourgeoise, elle d’origine populaire. Avec ce jeune garçon, elle retrouve cette transmission de ce qui se passe, qu’elle le dise ou non. Les fenêtres laissent place à l’Hôtel-Dieu où nous sommes sauvés d’une hémorragie”.

Ce texte est très important, car dans l’original de l’écriture nous le savions tellement

Arnaud Viviant salue un écrivain politiquement éminent

Pour Arnaud, ce qui fait d’autant plus le charme de ce nouveau roman, c’est que l’écriture inverse le cours des choses et se vit comme on l’a toujours racontée : être un transfuge de classe. Car “là, évoqué, c’est elle la bourgeoise, c’est elle a l’argent, c’est elle a le pouvoir symbolique, culturel. Lui, il a 20 ans, il n’a rien et elle se trouve dans son petit studio qui donne à l’hôpital où elle s’est fait avorter.

Ce pauvre garçon a été utilisé parce qu’il peut écrire son livre après avoir eu une situation contraire à celle qu’il a toujours racontée (classe transfuge)”.

Annie Ernaux est une véritable écrivaine politique !

Pour Nelly Kapriélan, “ce roman montre comment l’auteur a révolutionné la littérature”

La critique des Inrocks a fait un entretien passionnant avec le jeune écrivain Edouard Louis, qui se revendique comme l’œuvre d’Annie Ernaux, qui est l’une des raisons pour lesquelles il a écrit et qui a aussi déterminé son style d’écriture. Il raconte comment l’écrivain a complètement révolutionné la littérature et enfreint les règles de la beauté. Nelly en particulier a été touchée par le jeu auquel elle joue le temps de révéler qui elle est vraiment :

Elle croit que si nous ne montrons pas le monde explicitement, nous ne pouvons pas le changer

J’aime ce miroir miroir, symétrique à l’époque où il est induit dans son roman”.

Elisabeth Philippe a applaudi “une vraie réflexion sur l’écriture”

Le journaliste de l’Obs considère qu’il retrouve vraiment tous les éléments de son style littéraire, distillés dans un texte qui n’est rien d’autre qu’un formidable condensé de son travail, et un entretien précieux avec sa propre écriture.

C’est génial, commentant sur 40 pages, il présente tous ses thèmes, tout ça c’est la puissance de son écriture !

“Quand elle parle de cette relation avec ce jeune homme, cela amène des hommes une vraie réflexion sur l’écriture. Car ce qu’elle recherche, c’est la sensation palimpseste, appuyée sur ces rues du temps qui surpassent celles des autres. En compagnie de ce jeune homme, elle retrouve sa propre jeunesse et revisite son propre passé.

C’est son roman le plus proustien, ce jeune homme, qui consiste à ressusciter son passé par l’expérience, par le corps, par la chaise. Ça vaut vraiment la peine ce que ça va faireen fait de superposer tous ces “moi” différents, ses différents états, ses différentes époques, avec des questions qui sont fondamentalement liées au transfuge de classe, au rapport que l’on a avec lequel on n’est pas notre environnement”.

Le livre

Ecoutez l’intégrité des avis échangés sur le livre :

10 minutes

“Le Jeune homme” et “Cahier” d’Annie Ernaux

Par Jérôme Garcin

📖 LIRE – “Le jeune homme” d’Annie Ernaux

► LIVRE OUVERT | D’autres travaux sont passés à la critique de la Masque et le panache se trouvent ici .

🎧 Tous les dimanches à 20h, découvrez les critiques de Masque et le panache se réunit autour de Jérôme Garcin, pour parler cinéma littérature ou théâtre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *