Anthony Jullien, cap vers l’avenir – Actualité

Anthony Jullien est un gars qui franchit toujours les obstacles, tout en prenant son temps (publiez son portrait ici). Mais depuis près d’un an, le Ligérien vit la période la plus compliquée de sa jeune carrière, et il y a bien longtemps. L’athlète souffre de problèmes de rythme cardiaque. “Dans ce cas, c’est sûr de le dire, c’est un peu compliqué d’envisager une pratique du vélo dans cette situation, mais c’est juste”prévient aussitôt le puncheur de 24 ans. “J’ai eu une première alerte l’an dernier, en milieu de saison. C’était pendant l’été. Puis il y a des revenus en fin de saison ». L’alerte, c’est un cœur qui bat plus que de raison lors d’un effort violent sur le vélo, lors d’un entraînement intensif ou en compétition. “C’est une situation qui ne va pas mal dans le monde, je suis long à être seul. Mais quand on fait du sport à haut niveau, on se sent mieux et c’est définitivement un problème ».

“J’AI PRIS MON MAL EN PATIENCE”

Le pilote AG2R Citroën a passé la dernière opération hivernale en cas d’intervention. Une première fois. Mais l’opération n’est pas un succès total et Anthony Jullien sera au courant de nouvelles alertes à partir de 2022. « Comme la nature est plutôt cool, pas trop stressée, je ne me sens pas débordée. Mais c’est vrai que ça n’a pas marché et qu’il y a eu des complications et la nécessité de revenir ». Une nouvelle intervention est alors prévue début avril. “C’était un peu fou et pas très drôle. Heureusement, je peux compter sur le soutien de ma famille mais aussi de l’équipe. De nombreux coéquipiers l’ont vu à plusieurs reprises dans l’actualité, tout comme les membres du staff. C’est bien fait et je suis sûr que ça m’a aidé ».

En attendant, le garçon est évidemment tenu de prendre son mal en patience et ne pourra pas disputer la course mineure s’il s’agit du Toure Rouge, le 27 mars. Seul cours en 2022 à ce jour. “J’ai toujours gardé l’esprit que c’est un problème qui est exclu, qu’il a déjà atteint d’autres coureurs. J’ai pris ma peine et j’ai continué à travailler comme si j’avais la capacité d’être prêt pour le jour où je pourrais reprendre la compétition ». L’opération du mois d’avril semble cette fois être un succès, avec la destruction des pièces du système électrique du cœur à l’origine des observations observées. “Ce sont des petits partis qui brûlent”.

« JE PEUX ME TROUVER PROJET A PEU PLUS LOIN »

Après une période de repos, Anthony Jullien a pu reprendre petit à petit l’entraînement. Fixation morale et avec une seule idée en tête : cap pour l’avenir et les meilleurs jours. « Pour les médecins, normalement, ça va. Je suis donc dans cette optique-la. Je considère qu’il n’y a aucune raison pour que le problème soit évité ». C’est donc avec une grande joie et sans doute pas de mauvaises émotions qu’Anthony Jullien reprendra la compétition ce samedi, sur les tracés du Grand Prix du Morbihan, avant d’enchaîner avec le Tro Bro Leon dimanche. « Ces derniers mois, j’ai passé beaucoup de temps à m’entraîner pour très peu de compétitions. Pouvoir courir, c’est une étape importante pour moi. Je veux rencontrer l’équipe et le peloton, c’est motivant. Maintenir, je peux enfin projeter un peu plus longtemps ». Ces derniers jours, il sentait déjà que “La forme revient”. Reste maintenant à “Reprendre le rythme” de la compétition. « En général, ça revient vite pour moi. Je dis que ça va être compliqué sur les premiers parcours mais je reste confiant. Dans tous les cas, il doit passer par là ».

Après la reprise de ce week-end en Bretagne, ce pourrait être une semaine plus tard avec le Tour du Finistère, les Boucles de l’Aulne (1.1) puis les Boucles de la Mayenne (2.Pro). En un an et demi devant les pros, Anthony Jullien ne s’est présenté qu’au moment où il a su faire preuve de grandeur et son contrat prendra fin à l’issue de cet exercice en 2022. Dans ces conditions, il est le seul de son avenir sportif en terme judiciaire ou imaginez-y a-t-il une certaine clémence de ses conducteurs compte tenu des circonstances? “Honnêtement, jusqu’à présent, je n’y ai pas pensé et je n’ai pas pris les devants. Mon seul objectif était de rester concentré sur la situation tout en essayant de revenir le plus possible dans la compétition. En maintenant que j’étais de retour, j’allais mieux travailler pour l’équipe et essayer de prouver que j’étais en place. Il se passe ce qui se passe ». Chacun a choisi son heure, bien sûr, pour ceux qui peuvent déjà se réjouir de faire leur retour, un dossard dans le dos, sur les routes morbihannaises. Et c’est déjà une belle première victoire.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *