antivax, islamophobes, fiché S… Les candidats entrants d’Éric Zemmour

19:45, 14 mai 2022

Il n’est pas facile de faire les trois candidats aux élections législatives. Pour lister trop de profils, toutes les parties sont d’accord. Sur les 1 426 propositions qu’il a reçues, Reconquête ! en rétention 550. “On a étudié leur passé, leur présence sur les réseaux sociaux”, a expliqué à l’équipe. En tant que président, Éric Zemmour, candidat dans la circonscription de Saint-Tropez (Var)
la plupart d’entre eux sont vénérés par tous les mandats électoraux.

Lire aussi – Pour les illusions du parti de Marine Le Pen passées par Éric Zemmour, la situation se complique

Certains sont des personnalités bien connues dans le domaine, explique Damien Rieu, co-fondateur d’Identity Generation, un regroupement de groupes d’extrême droite opposés par le gouvernement, qui investissent dans les Alpes-Maritimes. L’ancien porte-parole Jérémie Piano, candidat dans les Bouches-du-Rhône, malgré deux condamnations en première instance pour provocation et incitation à la haine raciale.

Fan de Dieudonné, ex Gilet jaune

Pour le reste, un certain nombre de ces demandeurs restent inconnus. Mais parmi les 516 noms figurant sur une liste d’investissement que nous nous sommes procurée, plusieurs profils détonnent : antivax, pro-Poutine, conspirateurs, islamophobes… Edwige Vinceleux, par exemple. Très impliqué dans le collectif de Gilets jaunes
de Guingamp, elle est aux poux dans le 4ème arrondissement des Côtes-d’Armor. Sur son deuxième compte Facebook, Emmanuel Macron est encore récemment nommé «La poudre», et sa femme, “La vieille Macronne”. Hébergée par Vaccination Against Covid, relayant des publications sur ses intentions autodestructrices, cette nécrologie mortelle d’un adolescent serait décédée après une injection de Pfizer, en septembre 2021.

En avril 2019, cet entrepôt-cariste a posté une photo de soldats nazis avec un autre des forces de l’ordre, barré par un “Nous n’avons pas à obéir aux ordres”. Certains de ses messages sont efficaces depuis un certain temps. Notamment ce cliché pris dans une simple crise des Gilets Jaunes, où elle pose devant une carte bancaire : “Les nazis, c’est nous [sic]. Hitler, c’est toi Macron ». Soutenue par Boris Le Lay – militant ultra-nationaliste breton, reconnu coupable de multiples représailles pour apologie de crimes et incitation à la haine et administrateur du blog Breiz Atao, en partie référencé par Google -, Edwige Vinceleux a fait de l’islam l’un de ses sujets d’actualité. prédilection. Toujours sur Facebook, ce fan de Dieudonné chevauche des «Rituels nauséabonds» des musulmans «Qui boivent la pisse du chameau pour ne pas dormir soif». « Elle appartient à cet ultra-mouvement qui a trouvé sa place à Zemmour, écrire un Guingampais. C’est la caricature du militant invincible qui discréditera le parti. »

Lire aussi – Présidentielle : Éric Zemmour, un candidat qui ne “parle pas aux jeunes”

Autre Gilet Brodé Jaune : Benjamin Cauchy, désormais membre du Comité Politique de Reconquête ! dans l’Aisne. Ancien dirigeant du syndicat étudiant UNI, il est soupçonné d’entretenir des relations avec l’Union pour la défense et l’encouragement linguistique, un groupe d’ultra-orthodoxes locaux. Moins médiatisée, l’ex-Gilet jaune Brigitte Lapeyronie se présente, elle, en Seine-et-Marne. Membre du Conseil national de l’UDI jusqu’en 2013, elle figurait, avant de lancer la balle, sur la liste des élections européennes Ingrid Levavasseur, l’une des leaders des Gillets. Sur TikTok, le 8 mai, ce défenseur du syndicat CFDT justifie son engagement aux côtés de Zemmour dans la lutte contre « Classement social, scolaire, économique » de la France, et parce que “Les racistes sont mieux traités que les victimes”.

Insultes racistes et fictives S

Candidat dans la 2e circonscription de la Marne, Jean-Claude Philipot n’est que l’ancien numéro deux de l’institut Civitas, une association catholique intégrée. Les comptes sur les réseaux sociaux de cet élu à la mairie de Reims sont régulièrement signalés. Le 13 novembre 2015, l’ancienne leader du RN dans les municipales de 2020 apparaissait dans un tweet de la présence d’une ex-Femen sur la liste de Claude Bartolone aux élections régionales : “Femen antichrétiennes de Femen aidées par les sociaux”, le dénoncer. Quelques mois plus tard, Philipot fait appel au “Démissionner” ous au “Suicide” du ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

Guillaume Kaznowski, candidat du Pas-de-Calais, dit avoir été condamné en 2018 à 500 euros de dédommagement pour avoir soigné “Vente noire” un joueur du RC Lens. Dévasté par la mort de sa fille lors de l’attentat du 13 novembre 2015, Patrick Jardin a ramené la députation dans le Nord. En 2019, cet ancien garagiste saluait sur son blog le geste du terroriste de Christchurch (Nouvelle-Zélande) par ces mots : “Brenton Tarrant a le courage de faire ce que je veux faire”. Celle qui a la valeur d’être déposée S.

Bruno Attal, lui, a été mis au courant en 2021 par une vidéo défendant la police interprétant de manière musclée le producteur Michel Zecler – ils ont été mis à rude épreuve. Soutenu par des identités très influentes sur Internet, comme Papacito et Baptiste Marchais, avec qui il a posté sur Instagram il y a quelques semaines, ce policier est investi dans le Rhône. Ce syndicaliste dirige Touche pas à mon flic, une “Association des Forces de Défense de l’Ordre”. Une commande qui Reconquête ! devrait avoir l’avantage d’être dans ses propres rangs.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *