Connectivité en Afrique dans le cadre de la 2ème édition des Rencontres Digital by PortNet

A l’occasion de la tenue de la 2ème édition des Rencontres du Digital by PortNet placée sous le thème « Digitalisation pour une Afrique Connectée et Intégrée », le Directeur Général de PortNet SA, Youssef Ahouzi, en lumière, vendredi 13 mai à Casablanca, le rôle de la digitalisation dans la croissance et le développement du continent africain et les différents projets et chantiers destinés à accélérer son intégration, sa connectivité et sa transformation digitale.

“Grâce à la digitalisation et aux immenses opportunités et solutions qui s’y présentent, nous pouvons construire des plateformes pour échanger, construire et innover dans une Afrique qui offre des potentiels et des opportunités pour construire un avenir meilleur pour les générations futures”, qu’il est pertinent, soulignant l’importance de l’interopérabilité, qui est « un levier supplémentaire pour permettre l’intégration et l’interconnexion entre nous et le développement et le renforcement des synergies au service des entreprises africaines, tout en leur facilitant les échanges transfrontaliers et l’accès aux marchés internationaux ».

“Cette stratégie de transformation numérique facilitera la mise en place de la zone de libre-échange africaine -ZLECAf”, a déclaré Youssef Ahouzi.

Pour sa part, le directeur général de l’Agence de développement du numérique (ADD), Mohamed Idrissi Meliani, a souligné l’urgence d’engager des réflexions profondes sur la mise en place d’un modèle de reprise innovant et résilient qui devrait placer l’humain et son environnement au pré-pandémie. centre, dans un contexte post-pandémique.

“Il s’agit d’une transformation numérique inévitable pour tout modèle de développement souhaitable, conforme à la fois aux aspirations de performance et de résilience économique”, a-t-il déclaré.

Le DG de l’ADG note également qu’un nombre croissant de startups (jeunes entreprises innovantes) et de jeunes africains dotés des technologies numériques font partie de ces technologies et des besoins spécifiques de l’Afrique pour déployer des modèles économiques à forte croissance.

« La valeur de certaines startups africaines est actuellement estimée à plus de 1 milliard USD. Plus de 640 technopoles et incubateurs sont actifs à travers le continent, contre 314 en 2016 », a-t-il déclaré.

“Néanmoins, pour atteindre les objectifs de l’Agenda 2063 et assurer une création massive d’emplois pour les jeunes, la transformation numérique doit être diffusée grâce à ces îlots de réussite”, a-t-il déclaré.

Dans le même ordre d’idées, Tariq Maaouni, Directeur de l’Organisation et des Systèmes d’Information à l’Agence Nationale des Ports (ANP), est pertinent depuis plusieurs années, la transformation numérique du commerce international s’est accélérée à travers la création de plusieurs initiatives au niveau niveaux national, régional et international vis-à-vis de l’intégration et de l’interopérabilité des différents acteurs de la chaîne de valeur du commerce transfrontalier.

“Avec ce titre, nous ne pouvons que saluer les réalisations du Maroc en matière de connectivité maritime pour renforcer les liaisons entre le pays et le reste du monde avec le continent africain. Le port de Dakhla Atlantique va sûrement se renforcer et se diversifier au profit de la connectivité des pays africains », s’est-il félicité.

Parlant de la coopération Sud-Sud, Tariq Maaouni observe qu’elle s’inscrit dans la politique étrangère marocaine mais aussi au regard de leurs différentes stratégies stratégiques, ajoutant que “la dynamique des économies africaines s’inscrit aujourd’hui dans une feuille de route autour du développement durable, -Objectifs de développement solidaire du Sud et de cohésion humaine et sociale ».

Par ailleurs, cette rencontre a été organisée par le guichet unique PORTNET SA en partenariat avec l’Agence Nationale des Ports (ANP) et l’Agence pour le Développement du Numérique (ADD), quelques mois après le premier anniversaire de l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange africaine (ZLECAF), 1er janvier 2021.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *