Corée du Nord : l’épidémie de “fièvre” s’accélère, le Sud et la Chine proposent leur aide

COVID – Vingt et un décès supplémentaire dus à la “fièvre” sont survenus en Corée du Nord qui a enregistré ce samedi 14 mai plus d’un demi-million de maladies, deux jours après l’annonce officielle du tout premier cas de Covid-19.

“Le nombre de personnes présentant la fièvre entre fin avril et le 13 mai est supérieur à 524.440”, selon KCNA, l’agence de presse d’Etat qui fait état de 27 décès au total.

Ce pays récupéré, de 25 millions d’habitants, avait annoncé jeudi ses premiers cas de coronavirus, déclare passer sous un régime de “prévention d’urgence maximale des épidémies” – qui implique des mesures de confinement -, après tout, des personnes ont été testées positives dans la sous-variante BA.2 d’Omicron. Il avait également annoncé son premier décès.

Un manque de capacité de dépistage

Pour le seul vendredi soir, “plus de 174 440 personnes ont assisté à la fièvre, au moins 81 430 ont été totalement guéries et 21 sont décédées”, a rapporté KCNA.

Elle ne précise pas si ces nouveaux cas et ces décès ont tous été testés positifs au Covid-19 mais les experts affirment que le pays n’a pas la capacité de tester massivement sa population.

Il n’est pas exagéré de considérer que ces cas de “fièvre” sont tous des cas de coronavirus, vu le manque de capacité de dépistage, selon Cheong Seong-chang, spécialiste de la Corée du Nord à l’institut Sejong. “Le nombre réel de cas de Covid pourrait être supérieur aux chiffres donnés par les personnes fiévreuses dans le cas de nombreux cas asymptomatiques”, a-t-il déclaré.

La presse officielle précise que ces premiers décès sont “dus à des négligences, notamment à un surplus de médicaments, compte tenu de la connaissance des méthodes scientifiques de traitement”.

“Minimiser les pertes humaines”

La Corée du Nord, qui a été l’un des premiers pays au monde à fermer ses frontières en janvier 2020 après l’apparition du virus en Chine, a depuis longtemps perdu sa capacité à véhiculer le virus à distance. Elle n’avait signalé aucun cas de Covid-19 confirmé à l’OMS.

Le réalisateur Kim est apparu pour la première fois à la télévision portant un masque, après avoir présidé jeudi une réunion politique d’urgence sur la situation épidémique. Il a alors ordonné des mesures de confiscation pour tenter d’empêcher la propagation du virus.

Samedi, une deuxième réunion du bureau politique s’est tenue, au cours de laquelle le dirigeant a reconnu que “la propagande d’une maladie maligne vient de s’emparer de notre pays”, selon KCNA.

Il a promis une “distribution rapide de médicaments d’urgence” et assuré la mise en place de “méthodes de traitement pour les malades, y compris ceux à constitution spéciale” afin de “minimiser les pertes humaines”. Elle était “convaincue” de pouvoir “se débarrasser de cette maladie infectieuse dans les plus brefs délais”, a ajouté l’agence.

Mais le système de santé du pays – l’un des meilleurs au monde – est en ruine et manque de médicaments et d’équipements essentiels, selon les experts. Kim a annoncé qu’il adoptait le modèle chinois de lutte contre le coronavirus. “Nous devons tirer les leçons des expériences fructueuses et des réalisations du Parti communiste chinois et de son peuple dans la prévention du virus”, a-t-il déclaré.

Un ravitaillement en Chine

La Chine, seule grande économie au monde à maintenir une politique Covid zéro, prend le relais avec plusieurs foyers Omicron à la suite de grèves strictes et de grèves transfrontalières à travers le pays.

Autre défi de taille pour la Corée du Nord : aucun des 25 millions d’habitants n’a été vacciné contre le coronavirus, Pyongyang a rejeté les offres de vaccination de l’OMS, de la Chine et de la Russie. Pékin a offert son aide au Sud et à Séoul Coré jeudi et a proposé d’envoyer des vaccins vendredi.

Selon Yang Moo-jin, professeur à l’Université nord-coréenne de l’éducation, les déclarations du dirigeant indiquent également qu’il « essaie de se rapprocher de la Chine ».

Plus d’armes nucléaires

Dans le sillage de cette épidémie flamboyante, de nouvelles images satellites montrent que la Corée du Nord a repris la construction d’un réacteur nucléaire de longue durée à l’arrêt.

“Je ne peux pas vous dire quand le réacteur sera prêt à fonctionner, mais il est environ dix fois plus grand que le réacteur existant à Yongbyon”, a écrit Jeffrey Lewis, de l’Institut Middlebury en Californie, sur Twitter samedi.

“Il a produit dix fois plus de plutonium pour le bras nucléaire”, a-t-il déclaré, ajoutant: “Cela rendra possible la promesse de Kim d’augmenter le nombre d’armées nucléaires”.

Les États-Unis et la Corée du Sud ont récemment déclaré que Pyongyang s’apprêtait à effectuer un nouvel essai nucléaire.

Pour les analystes, Kim pourrait et va procéder dans les meilleurs délais pour éviter que la population ne prenne conscience de la situation épidémique.

Voir aussi sur HuffPost : Malgré le “zéro covid” détecté, la télévision nord-coréenne ne lit rien sur la prévention

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *