de dissidents florissants à gauche et dans la majorité ; Macron à Berlin… L’information politique de la semaine

UNsuite à la campagne de l’élection présidentielle quotidienne, Le Monde Vous vous réunirez d’ici le 6 mai, tous les vendredis, à 18 h, pour vous tenir au courant de l’actualité politique.

Les infos. Les dissidents de diffusion fleurissent à gauche et dans la majorité

Déclarer une alliance nationale pour les élections législatives des 12 et 19 juin est un choix, postuler localement en est un autre. Je suis d’accord fondateur de la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale (Nupes) fait de mécontents parmi les candidats déjà déclarés et qui ont vu leur circonscription être “Réservé” à une autre partie. Dans les départements où le Parti socialiste (PS) est historiquement présent comme la Nièvrele Lot, la Creuse, la Dordogne, ou l’Hérault, aucun socialiste n’a été avoué investir par les Nupes, ce qui a provoqué des frustrations et parfois des dissidents.

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés Législatives : en Dordogne, la contestation de gauche fleurit sur le sentiment d’humiliation

C’est par exemple le cas en Occitanie, de Carole Delgaou encore dans le 15èmee cirque de Paris, où la socialiste Lamia El Aaraje est déclarée candidate depuis plusieurs semaines. Mais, au vu de l’accord trouvé entre la France insoumise (LFI) et le PS, ce quartier a été attribué à ‘“Insoumis” Danielle Simonet. C’est d’“Un phénomène minoritaire”coordinateur LFI minimisé, Adrien Quatennens. “Il y a plus de 1.700 candidats qui se sont retirés pour rejoindre l’Union”a été saluée, mardi 10 mai, au micro de Sud Radio.

La majorité souffre, elle aussi, du poison de la division. Le processus d’investissement législatif a produit son lot de scepticisme et de critiques. Et certaines « Écartés »comme le député macroniste des Hauts-de-Seine Jacques Maire, l’adjoint des Français de l’inconnu sortant Stéphane Vojetta ou encore l’ancienne secrétaire d’Etat Nathalie Elimas, ont lancé une contestation. Ce qui porte le nombre de ces dissidents à une conception au sein de la majorité. “Une figure marginale”selon la direction de La République en marche, qui estime “Impossible” à choisir sans l’étiquette Macron. Ces tensions avec les législateurs ajoutent à la situation difficile entre les macronistes historiques et les nouveaux rassemblements, issus de “L’ancien monde”. Le tout dans un contexte sensible d’attente de remaniement gouvernemental, qui génère du stress chez les ministres.

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés Législations 2022 : Sans nouveau Premier ministre, Emmanuel Macron a rencontré les principaux en campagne

L’image. Emmanuel Macron au Parlement européen et à Berlin pour son premier déplacement depuis son élection

Le président de la République Emmanuel Macron (à gauche) et le chancelier allemand Olaf Scholz (à droite), devant la porte de Brandebourg à Berlin, lundi 9 mai 2022.

« Structurer le continent » autour d’un “Communauté politique européenne” : S’exprimant devant le Parlement européen lundi 9 mai, Emmanuel Macron a également repris une initiative de François Mitterrand, lancée en avril 1989, par l’ancien président socialiste. Le vrai président veut envoyer un signal aux pays candidats pour qu’ils rejoignent l’Union européenne, pour déclencher une guerre contre l’Ukraine contre la Russie.

Cette “Communauté politique européenne” pourrait répondre aux aspirations ukrainiennes, moldaves et géorgiennes, mais aussi à celles des États balkaniques que l’agression russe contre l’Ukraine a intensifiées. Le chancelier allemand Olaf Scholz a eu l’idée “Très intéressant”sans décourager d’éventuelles adhésions pleines et entières à l’UE.

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés Serment de Strasbourg d’Emmanuel Macron : l’Europe à vitesse grand V et la communauté politique européenne

Ce 9 mai, également marqué par les défilés militaires à Moscou, où le président russe, Vladimir Poutine, commémore la victoire de 1945 sur l’Allemagne naziele président français continuait de plaider, à terme, pour un “Une paix négociée” avec Moscou, après un arrêt du feu encore ineffable à ce stade, tandis que combats font rage dans le Donbass.

Un défaut de tous à Kiev, MM. Scholz et Macron se contentent, lundi après leur dîner à la Chancellerie, faire quelque chose pas devant la porte de Brandebourg, à Berlin, illuminée par les couleurs du drapé ukrainien. L’occasion de réaffirmer, une fois de plus, la leur “Plein soutien” à ce pays en guerre.

La phrase:

« Je porte les accusations contre Taha Bouhafs. Le slogan des femmes doit être pris au sérieux »

Jean-Luc Mélenchon, mercredi 11 mai, sur Twitter.

Taha Bouhafs avait lui-même présenté les raisons de son renoncement à sa candidature aux 14e législativese quartier du Rhône, à Venise. Le militant antiraciste de 25 ans, investi par la Nouvelle Union écologique et sociale (Nupes), estimé être la cible d’une campagne de dénigrement et de harcèlement sur les réseaux sociaux et avait décidé de jeter l’argentdans la nuit du 9 au 10 mai.

Mais l’entreprise a annoncé une ristourne, mercredi 11 mai. Selon les informations révélées par BFM-TV et Médiapart, c’est un motif d’une tout autre nature qui a précédé le renoncement de M. Bouhafs. Le comité de suivi contre les atteintes sexistes et sexuelles de La France insoumise (LFI) s’est tenu samedi 7 mai, d’un “Témoignage relatif aux allégations d’agressions sexuelles présumées contre Taha Bouhafs”, selon un communiqué publié par LFI, mercredi. La fête “Insoumis” a ajouté que M. Bouhafs était «Confronté aux accusations dont il a fait l’objet lundi 9 mai» et que l’intéressé a retiré sa candidature « De lui-même », « avant même la fin de [la] procédure interne ».

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés Jean-Luc Mélenchon et les “insoumis” au temps de l’affaire Bouhafs

Aussitôt après le départ à la retraite de M. Bouhafs, Jean-Luc Mélenchon, relayé par de nombreux “Insoumis”avait annoncé “Un paquet [qui] s’est acharnée », avec “Menaces de mort et délits dans les affaires publiques quotidiennes”. “Je ne veux pas avoir à le rencontrer si nécessaire”, l’avait ajouté. Dans un tweet posté mercredi après-midi, le dirigeant “Insoumis” un changement de ton : « Je porte les accusations contre Taha Bouhafs. Le slogan des femmes doit être pris au sérieux. Je compte sur la commission ad hoc de LFI pour établir la vérité. Ce n’est pas le cas des racistes qui l’ont harcelée. »

L’investissement du jeune journaliste de Médias et militant initiateur d’Echirolles (Isère) par les Nupes fait polémique, notamment par le secrétaire national du Parti communiste (PCF), Fabien Roussel, qui le préfère à Michèle Picard, maire communiste de Venise. Après la retraite de M. Bouhafs, il est l’un des adjoints de M.moi Picard au maire de Venise, Idir Boumertit, officiellement investi par LFI.

A lire aussi : A Marseille, Jean-Luc Mélenchon intronise Manuel Bompard

Les archives. Au jour où… En 2017, François Baroin tentait de blanchir une droite blanchie après l’élection d’Emmanuel Macron

Archive du

Il y a cinq ans, François Baroin menait une tournée dans la région Auvergne-Rhône-Alpes en tête du dossier de campagne de la droite pour les législatives, également présent par Annecy ou Mions (Rhône) pour soutenir les candidats Républicains-UDI à la Scrutins des 11 et 18 juin. Avec pour objectif d’obtenir la majorité absolue pour imposer la cohabitation à Emmanuel Macron.

“Ça va être très compliqué d’avoir 289 députés”a admis un membre de l’équipe de campagne cité dans un article du Monde du 26 mai 2017. Compte tenu de la difficulté de son poste, M. Baroin tendait à obtenir le groupe le plus large possible à la future Assemblée, puisque son camp est indiscutable dans le cas où le chef de l’Etat dispose d’une majorité relative.

Aussi, le maire de Troyes espère dissuader les Français de voter en faveur des candidats La République en Marche, qui bénéficie du soutien d’un parti de son propre électorat. D’autant plus qu’un ancien ministre juppéiste, Edouard Philippe, a évoqué la campagne des législatives du mouvement Mr Macron et que deux autres personnalités de droite – Bruno Le Maire et Gérald Darmanin – ont été nommées Bercy. “La marge de manœuvre reste tendue pour M. Baroin face à un chef de l’Etat au profil libéral de l’économie”note le journaliste Alexandre Lemarié.

Le ton de François Baroin coupe avec ça, la résolution offensive, qui a employé Laurent Wauquiez lors de la réunion publique à Jonage (Rhône). Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a fait part de son opposition à la décision, a déclaré M. Macron. “L’héritier de François Hollande” et « Le fourre-tout de la politique française ».

Le représentant de la droite a été placé à la tête du Temple des Républicains, en fustigeant l’attitude des trois personnalités de droite entrant au gouvernement, ainsi que le centenaire de l’insaisissable droite et centre, qui a fait appel à «Répondre à la tendue principale» par M. Macron. “Certains préfèrent vendre plutôt que de rester fidèles à leurs idées”, assenait M. Wauquiez. En décembre 2017, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes allait être en grande partie élu Président du parti Républicains du premier tour.

Au programme ce week-end

samedi 14 mai

Le deuxième quintuplé d’Emmanuel Macron a fait ses débuts samedi en attendant la nomination du prochain Premier ministre. Jean Castex devrait rester au moins jusqu’à lundi.

dimanche 15 mai

Le leader de La insoumise et artisan de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), Jean-Luc Mélenchon, est invité au salon “Dimanche en politique” à partir de 12 h 10 sur France 3 et répondez aux questions du journaliste Francis Letellier.

Jean Castex a un voyage récent à son agenda avant de quitter Matignon : conduire la délégation française pour la canonisation, dimanche au Vatican, par l’explorateur puis ermite Charles de Foucauld.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *