Forum Chine-Afrique, la promesse d’un partenariat plus équilibré

► Quel était l’enjeu économique du Sommet Chine-Afrique ?

Elle veut établir un nouveau partenariat entre le continent et la République populaire de Chine, alors que leur relation est entrée dans une nouvelle phase. Après la lune de l’an 2000 et le milieu de l’année 2010, au cours desquels la Chine a été accueillie sur le continent où elle a investi dans les infrastructures et l’exploitation des matières premières, une relation plus équilibrée et diversifiée est en sommeil du côté des Africains. États.

En effet, si la Chine est aujourd’hui le premier partenaire commercial de l’Afrique – ses échanges commerciaux atteindront 200 milliards de dollars d’ici 2020, selon l’ambassade de Chine à Dakar – cette relation aura essentiellement un sens : le déficit commercial du continent vis-à-vis de la Chine était proche de 18 milliards de dollars, en 2019.

Pour maintenir une relation plus équilibrée, le président du Sénat Macky Sall a présenté ses revendications, le premier jour du forum, lundi 29 novembre : «Il faut accélérer le développement des capacités industrielles africaines pour que le continent facilite l’accès de ses produits au marché chinois. De plus, un meilleur accès des produits africains aux plateformes électroniques chinoises a contribué à augmenter le volume de nos échanges commerciaux dans l’intérêt des deux parties.»

Message envoyé par le président chinois Xi Jinping, auquel il a répondu, mardi 30 novembre : “La Chine élargit les catégories de produits bénéficiant de l’exonération des droits de douane en faveur des pays les moins avancés pour porter le volume total des importations chinoises en provenance d’Afrique à 300 milliards de dollars dans les trois prochaines années”. »

► Pourquoi ces curieux ?

La situation réelle des États africains vis-à-vis de la Chine n’est pas publique. Mais c’est colossal, selon tous les observateurs. Dans un rapport publié en septembre par le ‘AideDonnéeson apprend que les dettes de 23 pays africains vis-à-vis de Pékin et des institutions financières chinoises dépassent actuellement 10% de leur PIB.

Ce rapport a également révélé que 385 milliards de dollars (330 milliards d’euros) de ces contrats “cachés” en Afrique ne sont pas pris en compte dans le système de déclaration officiel de la Banque mondiale.

Dans ce contexte, la Chine a été contrainte de servir ces contrats par les Etats africains pour accroître son influence sur des pays incapables ou pour honorer leurs engagements. C’est pourquoi le ministre sénégalais a exigé une relation chinoise avec le continent moins centrée sur cela : “Nous avons beaucoup d’investissements là-dedans, nous avons besoin de plus d’investissements dans nos propres fonds”, at-il dit.

Le président chinois a réagi en annonçant l’annulation de ces prêts aux prêts intergouvernementaux arrivant fin 2021 des pays africains les moins avancés, ainsi que la réaffectation à l’Afrique de 10 milliards de dollars en droits de tirage spéciaux.

► Ce forum est un enjeu politique ?

Pour la Chine comme pour l’Afrique. Le premier, plus isolé sur la scène internationale, doit confirmer sa position auprès de ses partenaires africains. De son discours à ce sujet et des échanges commerciaux. Mais aussi sur d’autres sujets comme la santé. Ainsi, Xi Jinping a annoncé une aide spectaculaire dans le vaccination contre le Covid : “La Chine fournit à l’Afrique un milliard de doses supplémentaires de vaccins, dont 600 millions sont donnés et 400 millions sous d’autres formes, comme le déploiement d’unités de production de vaccins. » Et l’envoyé en Afrique de 1 500 professionnels de la santé.

L’Afrique attend Pékin, qui s’engage pour la santé, mais aussi pour la sécurité. Ainsi, la ministre des Affaires étrangères, Aïssata Tall Sall, a demandé, à l’ouverture du sommet, que la Chine soutienne dans la lutte contre l’insécurité au Sahel, où plusieurs pays sont déstabilisés par les activités des groupes djihadistes.

Dans le cadre de ce forum, on peut tout le temps discuter du degré de secret des engagements des autorités chinoises comme en témoignent le type de livre blanc publié par Pékin, juste avant le forum, sur sa nouvelle coopération avec l’Afrique. Dans sa version destinée aux Africains, son titre est La Chine et l’Afrique dans la nouvelle ère : un partenariat égalitaire. Dans sa version chinoise, le titre est devenu La Chine et l’Afrique dans la nouvelle ère : l’affirmation de ‘« Un partenariat égalitaire» simplement disparaître, suivre sur Twitter Frédéric Lemaîtrele correspondant de Monde en Chine.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *