la Croix Irlandaise de Toulouse

Publié par:

Toulouse (AFP) – Ulster, Munster et maintenant Leinster : la campagne européenne toulousaine est un véritable carrefour, qui se déroulera samedi en demi-finale à l’Aviva Stadium de Dublin face à l’adversaire sans doute le plus pertinent du terrible triptyque irlandais.

La légende raconte que saint Patrick, lors de sa mission d’évangélisation de l’Irlande, aurait servi une truffe pour expliquer aux indigènes, peinés, le concept de la Sainte Trinité : trois entités – le Père, le Fils et le Saint-Esprit – formant un rabatteur.

L’emblème du pays illustre aussi la saison du Stadium toulousain en Coupe d’Europe, marquée depuis le début de la phase finale par des affrontements avec trois provinces irlandaises sur des préceptes similaires.

L’affronter virage après virage, “c’est presque comme enchaîner trois étapes alpines (du Tour de France cycliste) en une seule journée”, a résumé dans les colonnes du bihebdomadaire spécialisé Midi Olympique l’entraîneur de l’attaque du XV de France Laurent Labit.

Le tenant du titre s’est récemment attaqué au Col de l’Ulster par ses deux faces (défaite 26-20 à la fin, victoire 30-23 au retour à Belfast) en guise de mise en jambages, avant de se prélasser dans l’extrême justice à la tête du Mont Munster (24-24 ap, 4-2 tab) et poursuit sa montée en puissance par un rugbystique de l’Alpe d’Huez, le Leinster, quadruple champion d’Europe.

Un “Copieux Ireland Tour”

A l’époque de Clermont, Bordeaux-Bègles et La Rochelle l’an dernier à la conquête d’une cinquième star continentale, le coriace entraîneur Ugo Mola avait reconnu qu’il n’était pas forcément fan des affrontements franco-français en Coupe d’Europe, une compétition censurée. proposer d’autres jeux “philosophiques”.

La multiplication des allers-retours avec l’Irlande cette année n’est donc pas à lui de dire : “Le sport, c’est super. On joue ce qui se fait de mieux dans le rugby européen, avec ses particularités très particulières”.

L'entraîneur français de Toulouse, Ugo Mola, en vue des quarts de finale de la Coupe d'Europe entre le Munster et le Stade Toulousain à l'Aviva Stadium, à Dublin, le 7 mai 2022
L’entraîneur français de Toulouse, Ugo Mola, en vue des quarts de finale de la Coupe d’Europe entre le Munster et le Stade Toulousain à l’Aviva Stadium, à Dublin, le 7 mai 2022 Lorraine O’Sullivan AFP / Archives

“Le Tour d’Irlande est la même copie”, conclut-il. « Êtes-vous capable de battre l’Ulster, le Munster et le Leinster ? Je ne suis pas sûr que ce triptyque l’ait déjà fait. » l’histoire du club ».

Placées sous l’égide de la Fédération irlandaise, avec le XV de la Bagatelle au sommet de la pyramide, les trois provinces proposent un jeu relativement simple, parfois très structuré, discipliné et robuste.

“Allez leur dire qu’ils jouent de la même manière. On peut le penser ici, mais ils sont en train de vous convaincre que ce n’est pas le cas”, nuance Mola, persuadé de monter même un cran ce week-end face à “une référence à rugby européen”.

“60 000 hommes en bleu”

C’est aussi l’avis d’Aidan McCullen, ancien troisième ligne irlandais passé par Toulouse lors de la saison 2005-06, “l’une des plus grosses réalisations” de sa carrière.

Le Leinster, selon l’AFP, fait depuis longtemps référence à “un système éducatif très efficace pour former les jeunes joueurs” et à un bassin de population plus important avec la capitale, Dublin. “Vous avez donc naturellement plus de chances de voir émerger des talents”.

La province de l’Est irlandais compte aussi selon elle un public “beaucoup plus nombreux et fidèle” qui fait aujourd’hui ses débuts. La promesse d’une nouvelle ambiance chaleureuse à l’Aviva Stadium après celle assurée par “l’Armée Rouge” de Munster.

L'arrivée du Toulousain Thomas Ramos lors du match de Top 14 contre La Rochelle au stade Ernest-Wallon, à Toulouse, le 30 avril 2022
L’arrivée du Toulousain Thomas Ramos lors du match de Top 14 contre La Rochelle au stade Ernest-Wallon, à Toulouse, le 30 avril 2022 Valentin CHAPUISAFP

“On avait 40 000 hommes en rouge la semaine dernière contre nous. Là, on sera jusqu’à 60 000 hommes en bleu”, anticipe le vainqueur en carrière et buteur Thomas Ramos. “Ce sont des ambiances que nous aimons. De grands matches auxquels nous assistons toute la saison”.

A son arrivée, le Stadium sera définitivement ouvert le samedi soir avec l’Irlande. Il trouvera en cas de victoire, en finale à Marseille, un adversaire moins exotique : La Rochelle ou le Racing 92.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *