Les NFT sont l’objet de combats idéologiques silencieux, ils sont pourtant une réelle opportunité pour l’art

L’avis de Rayan Kassir, Co-fondateur de la maison d’édition numérique From Belgium Witloof – Art numérique d’un pays surréaliste.

L’art, comme le dit Ernst Bloch, est un “laboratoire” à part entière, malgré quelques maux du réel, imaginé et façonné les contours de ce qu’il appelait “pas encore là”.

Au XXe siècle, ces jupes sont numériques. Ils pénètrent nos vies, les organisateurs, les animateurs, les compagnons occasionnels, les dénaturés et nous sommes abandonnés et porteurs de germes qui accompagnent incontestablement nos existences et celles de nos descendants.

Il était donc inévitable que la révolution numérique modifie une articulation, dont l’une des premières expressions polémiques se résume par un acronyme de trois lettres : NFT (pour Non Fungible Token).

Pour rappel, un NFT est un fichier numérique stocké sur une blockchain, et un certificat d’authentification numérique y est attaché. Traditionnellement, la propriété et l’authenticité de nombreux biens (œuvres d’art, biens immobiliers, titres de propriété, etc.) sont contrôlées par des systèmes numériques ou sur papier, souvent inefficaces, qui présentent des défaillances au niveau du processus de transfert et de contrôle.

Aujourd’hui, et comme notre sujet concerne le marché de l’art, il est important de préciser que le NFT peut avoir des utilités pour des domaines divers et variés, allant de l’art aux identifiants numériques d’identité et aux titres fonciers.

L’invention NFT peut en effet s’appliquer à un large éventail de domaines puisqu’elle utilise le schéma de signature numérique propre aux blockchains, il devient plus facile de vérifier l’authenticité d’un actif, de récupérer son historique et d’identifier les différents propriétaires, réduisant ainsi les risques de fraude lors du transfert d’actifs à de nouveaux propriétaires.

Un combat idéologique silencieux

L’art dans sa quintessence nécessite l’invention permanente de nouvelles techniques, l’émergence de nouvelles formes, et la consécration de nouveaux mouvements qui tous, à leurs débuts, sont des combats, des annonces et des tournées dans le ridicule. Dans cette quête perpétuelle d’expansion, l’art est un outil d’émancipation et de révolution, dont la forme la plus aboutie est celle qui propose la meilleure représentation du monde extérieur (Aristote).

Le NFT représente aussi un nouvel espace social disruptif qui bouscule les codes et force l’innovation. Comme dans tout mouvement, le changement s’opère et laisse une multitude d’interrogations à ceux qui peinent à trouver des opportunités et des innovations.

L’émergence du monde du NFT artistique incarne donc une lutte idéologique silencieuse, dans laquelle des années de protectionnisme et de relativisme culturel ont cessé d’exister, apparaissant en plus de la naissance du mouvement surréaliste.

Au profit des artistes

Pour les artistes, l’une des mutations majeures, apportée à leur profit par le NFT réside dans un droit de passage. Combien d’œuvres ont-elles été vendues et échangées sans que les artistes ne bénéficient jamais des retombées économiques dues à l’appréciation de la valeur de telle ou telle création ? Le NFT apporte une solution à ce problème en exigeant une rémunération de l’artiste dans une cascade de chaque événement.

Dans le sillage de la décentralisation du Web 3.0, le NFT procure des avantages juridiques et techniques exceptionnels puisque chaque transaction est garantie par la blockchain et ses contrats intelligents.

En 2021, le marché NFT atteindra un volume total de 44 milliards de dollars.

Cette capacité fulgurante à démocratiser l’art, lui donnant une nouvelle visibilité aux dimensions planétaires, élargit les horizons et double la voie pour atteindre un nouveau public qui découvre les codes, le concept et la consommation selon des concepts différents.

Des millions de personnes sont désormais dans une certaine encapsulation d’un accès illimité à l’art et aux œuvres qui les touchent. Pour le plus grand bonheur de nos artistes.

C’est tout en cela que le NFT est une opportunité et non un mirage.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *