L’Ukraine accueillera l’Eurovision 2022, la France la semaine dernière avec les Bretons Alvan & Ahez – Paimpol



L’Ukraine a signalé pour la troisième fois de son histoire le Concours Eurovision de la chanson, au Palais olympique de Turin (Italie), dans une salle de 15 000 passionnés. Le pays était le grand favori des pairs.

Membres de la bande
(PhotoAFP)

Interprétée par Kalush Orchestra, la chanson « Stefania », mêlée de hip-hop et de chant traditionnel, a été plébiscitée par le jury mais surtout la télévision publique. “Je trouve toujours mon chemin jusqu’à la maison, même si toutes les routes sont détruites”, disent les mots, écrits avant l’invasion russe.

Le Royaume-Uni a été hissé à la deuxième place, avec “Space Man” de Sam Ryder. L’artiste est connu pour ses rediffusions, diffusées en vidéo pendant le confinement. Il a, depuis, sorti un EP. Popularité stratosphérique pour ceux qui scandent « Je suis dans l’espace, mec ! »

Le chanteur Sam Ryder se produit au nom du Royaume-Uni lors de la finale du Concours Eurovision de la chanson 2022 le 14 mai 2022 au Pala Alpitour à Turin.  (Photo de Marco BERTORELLO / AFP)
Sam Ryder représente le Royaume-Uni. (PhotoAFP)

La cellule “Fulenn” n’a pas lieu

La France termine 24e avec “Fulenn”, une voiture électrique ronronnante en breton du groupe Alvan & Ahez. Un véritable Ovni dont la prestation en breton, pourtant saluée à l’international, n’a pas suffi à offrir le podium aux tricolores.

Membres de la bande
(PhotoAFP)

Le quatuor français avait le pari d’une chanson féministe, basée sur la légende d’une femme qui dansait avec le diable. La cellule “Fulenn” n’a pas lieu. Est-ce la faute de l’orage qui a arrosé les rues de Turin, le voile du final ? Dans la légende originale, l’héroïne tue p Épuisement. Mais, malgré des résultats en demi-teinte, Alvan & Ahez n’a pu être exploité pour faire vivre la culture bretonne devant des dizaines de millions de téléspectateurs.

“Une fougueuse”, Le styliste Pascal Jaouen a témoigné de la vente aux enchères, les filles étaient à l’école Diwan tout comme les chansons d’Alvan & Ahez. Le quimpérois était un ami de la famille qui applaudissait ceux qui avaient créé les costumes de scène.

La dernière victoire française remonte à 1977, avec “L’Oiseau et l’Enfant” interprété par Marie Myriam. En 2021, la chanteuse Barbara Pravi aurait bien franchi le pas, terminant à la deuxième place.

La grande finale samedi soir a réuni 25 pays sur scène, au Palais olympique de Turin, avec plus de 200 millions de spectateurs.

Vous êtes allé trop loin ?

Alvan & Ahez sont passés 6e, juste après le Suisse Marius Bear (“Boys do cry”), mais devant le duo norvégien Subwoofer et leur dean “Give that wolf a banana”. Cette situation, due en partie au tirage au sort du tri et en partie aux décisions de la Rai, a été critiquée par les supporters français qui ont apprécié la nouvelle, vendredi matin. Mieux vaut en effet se trouver parmi les cinq derniers afin de marquer les esprits… Et le vote du public. L’Ukraine, elle, est passée 12e.

La prestation des Bretons a démontré malgré une bonne maîtrise de la scène, comme auraient pu le confirmer les répétitions de ces derniers jours.

Les fans qui n’ont pas pu obtenir de billet pour le showroom se sont retrouvés devant l’écran du pub autour de la gare centrale, ou bien dans l’Eurovillage pour craquer près des montagnes du Pô. En dehors des tentures tricolores, le gwenn-ha-du flottait dans la faute. Les Bretons ont fait le déplacement pour soutenir les enfants du pays…

Pensée pour l’Ukraine

Tout au long du spectacle, l’Ukraine a bénéficié d’une forte sympathie dans sa chanson d’une qualité inégalée. Dans les discussions entre supporters autour des places turinoises, la guerre tient une bonne place depuis plusieurs jours. En poursuivant le quartier général d’Azovstal à Marioupol, zéro ne pouvait oublier que les artistes du Kalush Orchestra avaient été spécialement dispensés de mobilisation militaire pour porter leurs couleurs en Italie. La Russie, ainsi que la Biélorussie, participent à l’agression contre l’Ukraine, hors compétitions cette année.

Dans la faute qui presse sur la façade du stade olympique, beaucoup demandent à prendre un selfie avec une femme coiffée d’un chapeau ukrainien. Comme ces deux femmes blondes un peu au détriment de l’agitation : “Je suis venue rejoindre ma fille qui vivait en Italie quand la guerre a éclaté dans ma région du Donbass, en 2014”, témoigne Larisa Ushkarska, l’air sombre, en anglais hésitant. . “Oui, ce concours Eurovision de la chanson est très spécial pour nous”, ajoute-t-elle, prenant de bon pied l’extension qui va faire des ravages.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *