Rennes remporte l’OM (2-0) et remporte à nouveau la Ligue des champions

Dans un Roazhon Park fébrile, le Stade Rennais a connu une excellente opération. Les Bretons avaient un OM bien placé samedi, dans le choc de la 37e et dernière mi-temps remportée en championnat de Ligue 1 (2-0). Proposés par Benjamin Bourigeaud (12e) et Lovro Majer (35e), les Rouge-et-Noir ont été stériles à Marseille (pas de cadre).

Les Bretons (4e, 65 points) gagnent une place au classement et reviennent à trois petites longueurs de Monaco, nouveau dauphin du PSG. Méconnaissables, les Olympiens (3e, 68 points) n’ont plus leur destination parmi les principaux, et peuvent avoir envie du quai lors de la dernière journée de la journée, où ils rencontreront Strasbourg.

Ligue 1

Une possession stérile face à une attaque à la dynamite : l’OM face à sa kryptonite ?

ICI à 21:51

Rennes jubilé, l’OM piétine

Les dynamiques valent ce qu’elles valent, le contexte du jour a bien souvent le dernier mot. Sous le feu des critiques après une prestation insuffisante face à Nantes (défaite 2-1 à la Beaujoire), les joueurs de Bruno Génésio ont corrigé le tir avec brio, bien secondés par un public nombreux. Inversé, dominateur à Lorient, l’OM, ​​meilleure formation à l’extérieur au moment de l’envoi, était anesthésié par l’envie des locaux.

Encouragés par l’entrée de la furie locale, les Olympiens ont joué une première fois sur un mouvement d’école piloté par Martin Terrier et conclu par Benjamin Bourigeaud (12e). Un premier clic qui n’a pas révélé aux visiteurs étrangers aux spectateurs sur le pré de l’écran rennais.

Une saison en vente : de Costil à Yilmaz, l’on1 de la L1

Seuls quelques pots-de-vin ont noirci le bilan des JO en première période : le bénévolat de Cengiz Ünder et une piètre projection de Matteo Guendouzi (26e). Trop peu pour s’enquérir des Rouge et Noir transfigurés par les chants des tribunes bretonnes. Quelques minutes après une nouvelle frise signée Bourigeaud, proche de profiter d’un match nul en demi-teinte de Luan Peres (32e), Lovro Majer s’est chargé de gagner la marque, parfaitement servi par Terrier, chef de distillerie ce samedi (35e). L’ancien Lyonnais manquait même d’offrir un but, mais dans sa tentative trouvait un corps adverse (45e).

Sans neuf et sans Payet, Marseille ne cadre pas et peut craindre le pire

La pause n’a pas beaucoup changé, et les mamans qui entraînent l’OM depuis quelques semaines réparent la surface pour le moment. Sans Dimitri Payet et un neuf de métier à la pointe de l’attaque (Cédric Bakambu était absent sur blessure et Arkadiusz Milik a effectué son retour dans le groupe), le club phocéen au coupe toutes les peines du monde à créer dans les derniers gradins . Aligné sur le front de l’attaque, Amine Harit a perdu de vue et déconnecté ses partenaires. L’entrée énergique de Bamba Dieng est tombée pour alimenter les circuits offensifs marseillais.

Mais Alfred Gomis, en poste depuis un certain temps déjà, à court de terrain pour une fracture du doigt, n’a rien perdu de ses qualités d’anticipation. Le portier sénégalais était de peu intercepté devant son compatriote, puis lancé dans les profondeurs par Guendouzi (68e). Une minute plus tard, Gomis devait accompagner la tentative de Dieng près de son poteau droit (69e). S’il n’a pas postulé pour la pléthore de situations bretonnes, Steve Mandanda a procédé à une interpellation de grande envergure devant Majer (72e). Une étape qui n’était finalement pas la porte d’entrée d’un Olympien. Sans idées, les protégés de Jorge Sampaoli, une nouvelle fois tendant devant sa banque, n’ont plus les clefs principales dans la course à la C1, passée par Monaco, Tombeur de Brest (4-2).

Marseille (3e, 68 points) devra répondre au Vélodrome en fin de journée, avec la réception strasbourgeoise. De son côté, Rennes (4e, 65 points) conservera toutes ses chances de podium mais sera dans l’obligation de ramener Lille avec une victoire. Quand on mesure l’impact du climat et de l’environnement sur la formation de Bruno Génésio, l’entreprise est loin d’être acquise.

Ligue 1

L’OM en C1 ? Bordeaux et L2 ? Les enjeux du 37e jour

ICI A 17:00

Ligue 1

Rennes s’est sabordé : “On n’a pas le droit”

11/05/2022 à 22:06

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *