Stade de Reims : En plein cauchemar, les Verts sont en deuxième période et sont proches de la Ligue 2

Au stade Geoffroy-Guichard,

Le scénario catastrophe a eu lieu ce samedi à Saint-Étienne. A savoir qui paiera le prix d’un anniversaire des Green Angels célébré sans surprise face à l’AS Monaco avec écrans de fumée. Le huis clos total qui intervient donc à l’instant même, lors d’une 37e journée de Ligue 1 extrêmement tendue.

Et pourtant, face à face Stade de Reims (12e) bien calmés dans l’aventure du gauche, les Verts avaient les moyens de conserver leur place de barrage, avec 3 points d’avance sur Metz et 4 sur Bordeaux avant le match. Battus (1-2) après une deuxième période catastrophique, les hommes de Pascal Dupraz sont désormais 19e, avançant au but moyen (six buts) de Metz.

Le coup de congélateur emblème

Sainté n’a même pas eu deux minutes de jeu pour encaisser son 75e but de la saison. Un drone performant puisque The Remakes n’a pas dépassé la ligne médiane. Même lorsqu’ils donnent l’impression d’être bien rentrés dans une réunion, les Verts sont toujours capables de rappeler rapidement à quel point ils ont été dramatiquement permis depuis des mois.

Mitchell van Bergen (0 buts et 0 passes décidés cette saison en Ligue 1) ainsi que mystifié dans le même temps Yvann Maçon et Saïdou Sow sur un ballon sur son aile gauche. Paul Bernardoni a signé une parade contre Ilan Kebbal au centre en retrait des Pays-Bas, mais le Maréchal Munetsi a conclu l’action et a inscrit un grand coup à la tête des Stéphanois (0-1, 2e). Le scénario d’une rencontre unique, surtout dans cette ambiance morose, prend alors forme.

Une réaction en trompe-l’oeil

L’ASSE n’a réagi qu’une dizaine de minutes plus tard, grâce à un corner tiré par Yunis Abdelhamid, qui a permis Eliaquim Mangala pour égaliser une mine de gauche (1-1, 12e). C’est un chrono très rapide à la suite des hommes de Pascal Dupraz, avec plusieurs grosses occasions de prendre l’avantage, comme sur une tête de Ryad Boudebouz qui n’est pas parvenue dans le fond (17e), et deux tentatives de Mahdi Camara repoussées par des arrêts réflexes de Predrag Rajkovic (21e et 27). Mais à la veille de la deuxième période stéphanienne entièrement chamboulée, cette bonne séquence ne passe pas bien.

Eliaquim Mangala s'est bien amusé à relancer son équipe samedi face au Stade de Reims.  Dans la foulée, les Verts ont souffert cette saison.  JEFF PACHOUD
Eliaquim Mangala s’est bien amusé à relancer son équipe samedi face au Stade de Reims. Dans la foulée, les Verts ont souffert cette saison. JEFF PACHOUD – AFP

Hugo Ekitike et les Rémois rapprochent la Sainté de la Ligue 2

Comment les Stéphanois sont-ils entrés dans leur deuxième période ? C’est un mystère pour l’oeil du singe de Damoclès lors de la création du club cette saison galère ou presque. Il y a eu deux sauvetages miraculeux de Miguel Trauco et Saïdou Sow (55e), puis une frappe tout près de la luzerne d’Hugo Ekitike, entré à la pause (56e), pour repousser le cruel constat d’échec. La défense de l’ASSE a finalement cédé sur le premier but en Ligue 1 de Kamory Doumbia (19 ans), qui a facilement pris le meilleur sur Eliaquim Mangala du coup (1-2, 55e). Entre la frappe d’Ekitike sur le poteau (83e) et une incroyable parade de Paul Bernardoni face à Dion Lopy (85e), Sainté a vécu une rencontre plus grandiose, et en a regretté les conséquences avec le succès du FC Metz face à Angers (1-0) , alors que Bordeaux n’a pas été capable de battre Lorient (0-0).

Pour couronner le tout, les joueurs de Stéphanie ont estimé avoir lu le refus d’égaliser de Romain Hamouma mais ont inscrit un doublé, battant du coup les soutiens-gorge de Rajkovic (72e). Clément Turpin avait été mordu par tous les Chaudron, une trenteine ​​de personnes donc, il ne l’a même pas vérifié – même les images du VAR. Ajoutez à cela une superbe flottille de coup franc de Wahbi Khazri qui a flirté avec la luzerne d’un archi-battu de Rajkovic… Dans un après-contexte avec d’incidents Autour de Chaudron, Sainté dort plus que flirte avec la Ligue 2, dans le poteau d’un 19e à l’heure du déplacement à Nantes samedi prochain, et espère que le PSG bat Metz dans le même temps.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *