Un franco-marocain à l’origine de NamX, la voiture qui roule dans l’hydrogène hydrogène

La société française NamX a présenté, cette semaine dans la commune italienne de Cambiano, le prototype d’une voiture roulant à l’hydrogène. Co-désigné par Pininfarina, NamX se présente comme un SUV à hydrogène propulsé par des capsules amovibles. Le prototype a été présenté, mercredi, lors d’une conférence de presse, au siège de la maison de design italienne Pininfarina, designer historique de plusieurs marques comme Ferrari ou encore Peugeot.

Une fois produit, ce SUV sera “la première voiture au monde propulsée par un système de réservoir de brevet mobile qui promet de révolutionner l’expérience d’une mobilité appropriée et de rendre l’hydrogène largement disponible”, a déclaré NamX dans un communiqué. Il rappelle que le véhicule “s’inscrit dans un projet industriel et technologique dont l’ambition est d’assurer la mobilité humaine et la préservation de l’environnement grâce à l’hydrogène hydrogène”.

“Le fils d’un ouvrier marocain qui a créé sa marque de voiture”

Derrière cette marque a des ambitions vertes, un franco-marocain et toute une histoire du travail d’un ouvrier travaillant au sein de la marque Renault de Flins depuis plus de 35 ans. “C’est donc l’histoire des fils d’ouvriers marocains qui ont créé une nouvelle marque automobile”, confond-on ce vendredi Faouzi Annajah, l’entrepreneur franco-marocain qui a fondé NamX. “Être parent franco-marocain ou marocain, c’est une vertu pour nous et une ambition pour le continent, qui nous permet d’amener notre père à l’édifice”, ajoute-t-il.

Entrepreneur depuis 7 ans et propriétaire de plusieurs startups à Paris, le Franco-Marocain a déjà travaillé avec le constructeur automobile allemand Volkswagen et a été “formé à l’automobile”. “C’est une passion depuis mon plus jeune âge, mais je fais aussi mon métier”, explique Faouzi Annajah.

« NamX est un produit vieux de cinq ans qui consiste à créer une nouvelle marque de voiture premium totalement verte. Nous avons la première mondiale chez Pininfarina, qui est notre partenaire de conception. La présentation de ce prototype nous a également permis d’exposer notre vision », déclare-t-on. L’entreprise française assurera disposer “des plus grands partenaires industriels et techniques mondiaux autour du projet pour une livraison définitive en 2025”. “Nous avons l’ambition de créer des utilisateurs de production. Ce projet est entre l’Europe et l’Afrique et notamment entre l’Europe et le Maroc », détaille Faouzi Annajah.

“C’est incroyable. Il y a cinq ans, il venait de se lancer dans la création d’une marque de voitures haut de gamme entre l’Europe et l’Afrique. Créer une nouvelle industrie au Maroc était aussi un rêve devenu réalité. Je pense qu’aujourd’hui, il faut développer une industrie technologique de qualité, offrant des emplois de masse aux générations futures. »

Faouzi Annajah

Un SUV avec des flèches combustibles utilisant l’hydrogène hydrogène

L’entrepreneur franco-marocain explique qu’il s’agit d’une “voiture qui a un moteur électrique”. “Mais au lieu de piles, il a une flèche combustible qui produit sa propre électricité”, a-t-il ajouté. Pour lui, le point le plus important reste l’autonomie, étant donné que NamX bénéficie de « l’avantage de l’hydrogène » par rapport à l’électricité en offrant une autonomie de « 800 kilomètres pour un temps de charge de seulement 3 minutes ».

“Aujourd’hui, d’autres marques se concentrent sur l’électricité et l’hybride, mais l’hydrogène est la future génération d’énergie propre”, a-t-il déclaré, pointant du doigt la concurrence. “Lorsque nous créons des voitures avec des batteries, nous ne savons pas si l’énergie est bonne ou non. Notre ambition est de recourir à l’hydrogène vert, qui est produit grâce à l’énergie solaire ou pétrolière. C’est donc une énergie propre sur l’ensemble de la chaîne », assure le jeune entrepreneur de 29 ans ayant grandi à Éragny (Val-d’Oise). Il souligne également que c’est le travail d’une “équipe complémentaire qui a créé ce projet”.

“Je suis entouré des plus grands partenaires, comme Pierre-Yves Geels, ancien directeur général d’AVL France, qui gère l’ensemble de la direction technique et Alain Didoine, l’ancien directeur de la R&D chez Renault, qui gère la direction technologique liée à la hydrogène. Il y a aussi le franco-marocain Mustapha Mokass qui occupe le parti de l’énergie. »

Faouzi Annajah

NamX est conscient du contexte géopolitique, de l’importation stratégique de l’hydrogène “unanimement reconnu” et du renouvellement complet du parc automobile avec près de 1,5 milliard de véhicules particuliers à remplacer d’ici 2045 en Europe. SUV familial avec une gamme allant de 65 000 à 95 000 euros selon les options choisies du T4 2025, il sera commercialisé en deux versions : une entrée de gamme à une propulsion de 300 ch pour une vitesse régulière à partir de 200 km/h et une accélération de 0 à 100 km/h en 6,5 secondes ainsi qu’une version GTH à quatre roues de 550 ch pour une vitesse régulière de 250 km/h et une accélération de 0 à 100 km/h en 4,5 secondes.

« Nous avons la même ambition de produire ce véhicule au Maroc. Mais c’est en cours d’études”, assure Faouzi Annajah, qui promet “des prochaines annonces lues au Maroc” et des précisions sur les aspects techniques de l’innovation de ce véhicule lors du prochain Mondial de l’Auto (17 au 23 octobre 2022) .

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *